Innovations et Réseaux pour le Développement
Development Innovations and Networks
Innovación y redes para el desarrollo

  • img
  • img
  • img
  • img

Fairtrade en danger : Le commerce équitable menacé par un changement de cap des supermarchés britanniques

Des supermarchés quittent les labels du commerce équitable afin de mettre en place leurs propres standards éthiques. Ils affirment tous vouloir améliorer les conditions des travailleurs. Faut-il leur faire confiance ?

L’affaire a été relatée par le quotidien britannique The Guardian. En mai 2017, quatre représentants de Sainsbury’s, la deuxième chaîne de supermarchés au Royaume-Uni, ont rencontré dans un hôtel à Nairobi, au Kenya, les représentants des coopératives de thé du pays. Il s’agissait normalement de célébrer le label Fairtrade. Mais au lieu de congratuler ses partenaires africains, le distributeur britannique a provoqué une crise en annonçant aux cultivateurs de thé qu’il avait l’intention de laisser tomber son adhésion Fairtrade pour la remplacer par son propre label équitable intitulé « Fairly traded ».

En français l’on remplacerait ainsi l’expression « commerce équitable », par « équitablement commercialisé ». Cela n’a l’air de rien si l’on y prend garde…

C’est pourtant loin d’être innocent car cela signifie qu’au lieu de règles strictes mutuellement convenues entre les agriculteurs et des experts indépendants, Sainsbury’s a décidé de mettre en place ses propres critères de certification et d’introduire de nouvelles manières de payer les cultivateurs.

L’on craint également que Sainsbury’s propose ses nouveaux standards à d’autres produits qu’il commercialise comme les bananes ou le café.

Critères à la baisse

Les Kenyans ont été abasourdis lors de leur rencontre avec Sainsbury’s.

« Pourquoi changer », ont-ils demandé ? « Tout le monde, y compris les consommateurs britanniques a profité du label tel qu’il existe actuellement ». Grâce à leur respect des exigences environnementales et sociales élevées du label Fairtrade, les agriculteurs ont bénéficié du prix payé par les consommateurs britanniques et ceux-ci ont eu des produits de meilleure qualité.

Cette réunion à Nairobi était significative parce que Sainsbury’s n’est que l’une des nombreuses sociétés de distribution alimentaire en voie de réévaluation de sa stratégie commerciale. L’importance de Sainsbury’s pour le commerce équitable pourrait influencer les pratiques de l’ensemble du secteur en direction d’une révision à la baisse des critères sociaux et environnementaux.

Lire la suite sur SOS Faim

Les articles de la même rubrique

img

About big data and small-scale farmers

“Food and Digits” was the topic of this year’s World Food Day Colloquium in Germany, where scientists discussed the question whether big data and ICT could revolutionise the fight against hunger and malnutrition.
Who benefits from big data, and who uses it ? These two questions ran like a common (...)

img

Étude de cas du Oakland Institute

The Oakland Institute is an independent policy think tank, bringing fresh ideas and bold action to the most pressing social, economic, and environmental issues of our time.
All Case Study
Publication en français :
Pour lutter contre la sécheresse, le Malawi et la Zambie optent pour le manioc (...)

img

Leaders de l’agrobusiness : les femmes mènent l’innovation agricole

Des femmes d’affaires créatives de tous les pays ACP se lancent sur les marchés agricoles internationaux en s’efforçant de dépasser les inégalités de genre et d’obtenir des succès durables.
Dans le monde entier, des femmes entrepreneurs gèrent des affaires rentables dans le secteur agricole, malgré de (...)

img

La connaissance au service du développement

Les mauvaises pratiques agricoles sont parmi les nombreuses raisons de la faible productivité en Afrique subsaharienne. Or, une part considérable des agriculteurs n’ont qu’un accès limité à l’information et aux connaissances, ce problème étant également du au nombre insuffisant d’agents de vulgarisation (...)

img

Les pays invités à associer de plus en plus agriculture et TIC

La FAO et l’UIT ont signé un accord pour l’utilisation des TIC dans l’agriculture. Des essais montrent que le recours aux TIC peut aider à améliorer les rendements. La satisfaction des besoins alimentaires du monde d’ici à 2050 passe par l’e-agriculture.
L’Organisation des nations unies pour (...)