Innovations et Réseaux pour le Développement
Development Innovations and Networks
Innovación y redes para el desarrollo

  • img
  • img
  • img
  • img

Fairtrade en danger : Le commerce équitable menacé par un changement de cap des supermarchés britanniques

Des supermarchés quittent les labels du commerce équitable afin de mettre en place leurs propres standards éthiques. Ils affirment tous vouloir améliorer les conditions des travailleurs. Faut-il leur faire confiance ?

L’affaire a été relatée par le quotidien britannique The Guardian. En mai 2017, quatre représentants de Sainsbury’s, la deuxième chaîne de supermarchés au Royaume-Uni, ont rencontré dans un hôtel à Nairobi, au Kenya, les représentants des coopératives de thé du pays. Il s’agissait normalement de célébrer le label Fairtrade. Mais au lieu de congratuler ses partenaires africains, le distributeur britannique a provoqué une crise en annonçant aux cultivateurs de thé qu’il avait l’intention de laisser tomber son adhésion Fairtrade pour la remplacer par son propre label équitable intitulé « Fairly traded ».

En français l’on remplacerait ainsi l’expression « commerce équitable », par « équitablement commercialisé ». Cela n’a l’air de rien si l’on y prend garde…

C’est pourtant loin d’être innocent car cela signifie qu’au lieu de règles strictes mutuellement convenues entre les agriculteurs et des experts indépendants, Sainsbury’s a décidé de mettre en place ses propres critères de certification et d’introduire de nouvelles manières de payer les cultivateurs.

L’on craint également que Sainsbury’s propose ses nouveaux standards à d’autres produits qu’il commercialise comme les bananes ou le café.

Critères à la baisse

Les Kenyans ont été abasourdis lors de leur rencontre avec Sainsbury’s.

« Pourquoi changer », ont-ils demandé ? « Tout le monde, y compris les consommateurs britanniques a profité du label tel qu’il existe actuellement ». Grâce à leur respect des exigences environnementales et sociales élevées du label Fairtrade, les agriculteurs ont bénéficié du prix payé par les consommateurs britanniques et ceux-ci ont eu des produits de meilleure qualité.

Cette réunion à Nairobi était significative parce que Sainsbury’s n’est que l’une des nombreuses sociétés de distribution alimentaire en voie de réévaluation de sa stratégie commerciale. L’importance de Sainsbury’s pour le commerce équitable pourrait influencer les pratiques de l’ensemble du secteur en direction d’une révision à la baisse des critères sociaux et environnementaux.

Lire la suite sur SOS Faim

Les articles de la même rubrique

img

Pétition contre l’huile de palme : un distributeur suisse prend des engagements

Dans le domaine alimentaire, les marques Coop remplaceront l’huile de palme par d’autres matières grasses lorsque cela est possible et se fourniront auprès de filières appliquant des standards plus élevés lorsqu’une substitution n’est pas envisageable.
La culture de la palme pose de graves problèmes (...)

img

Afrique de l’Ouest : « l’ébola du manioc » menace la sécurité alimentaire

Les spécialistes l’appellent "Ébola du manioc" : l’Afrique de l’Ouest cherche la parade à un virus qui touche cette plante très consommée sur son sol et qui menace la sécurité alimentaire de la région, où les besoins en nourriture ne font que croître sous la pression démographique.
« La striure brune du (...)

img

Nouvelle arme pour lutter contre la chenille légionnaire d’automne

La légionnaire d’automne continue de se propager après avoir infecté des millions d’hectares de maïs, menaçant la sécurité alimentaire de plus de 300 millions de personnes. Une nouvelle application mobile, appelée Nuru, entend aider les agriculteurs dans leur lutte contre ce ravageur.
La légionnaire (...)

img

Une ombre optimale pour le cacaoyer

Le chocolat est de plus en plus apprécié et, par conséquent, la demande de cacao ne cesse d’augmenter. Pour que la production puisse faire face à la demande, il faut que les pratiques agricoles deviennent plus durables. Des chercheurs suisses ont cherché à savoir quels arbres d’ombre peuvent (...)

img

La certification : un outil imparfait mais utile

Dans les pays ACP, les certifications permettent aux agriculteurs de garantir la qualité de leurs produits, d’accéder à de nouveaux marchés et d’améliorer leurs revenus. Pour un impact optimal, ces certifications doivent s’inscrire dans des programmes de développement plus vastes.
Dans le secteur (...)