Innovations et Réseaux pour le Développement
Development Innovations and Networks
Innovación y redes para el desarrollo

  • img
  • img
  • img
  • img

Au Sénégal, des solutions existent contre la désertification

Au Sénégal, à l’instar des autres pays d’Afrique de l’Ouest, ce sont les activités agricoles qui font vivre les populations rurales. Mais le phénomène de désertification, c’est-à-dire de « dégradation des terres dans les zones arides, semi-arides et subhumides sèches par suite de divers facteurs », selon la définition de l’ONU, met en péril depuis plus de quarante ans la survie du secteur agricole et des écosystèmes, avec des conséquences humaines et environnementales catastrophiques. Le Sénégal est l’un des pays d’Afrique de l’Ouest le plus affecté par la désertification ; il représente donc une bonne étude de cas pour tenter de mieux appréhender les causes, notamment environnementales et démographiques, de ce phénomène et comprendre comment une association de développement rural, IRRIGASC, peut fournir des solutions durables.

L’impact de la sécheresse

L’Afrique de l’Ouest a connu depuis 1970 plusieurs cycles de sécheresse. Ceux-ci se manifestent notamment par un raccourcissement de l’unique saison des pluies, qui dure en moyenne moins de quatre mois, de juillet à septembre. Au Sénégal, cela a conduit à un déplacement des isohyètes vers le sud du pays, avec des conséquences négatives pour la vallée du fleuve Sénégal (zone la plus impactée à la frontière nord du pays), dont la moyenne pluviométrique, qui variait entre 200 et 400 mm par an de 1940 à 1970, est passée sous la barre des 200 mm à partir de 1969. D’une part, cette diminution de la pluie a entraîné une sécheresse hydrologique, laissant la zone avec des nappes d’eau douce restreintes. D’autre part, la montée du niveau de l’eau de mer a grandement contribué à la salinisation des nappes phréatiques.

Face à la réduction de la quantité d’eau douce disponible, les agriculteurs doivent mieux gérer leurs ressources. Dans la vallée du fleuve, les riverains sont habitués à arroser par tranchée ou grâce à des canaux, mais ils sont maintenant confrontés à l’assèchement de leurs canaux pendant les semaines qui précèdent la saison des pluies. Sans moyens pour stocker l’eau et optimiser l’irrigation, ils sont nombreux à perdre une grande partie voire même la totalité de leurs cultures. Ceux qui n’ont pas accès aux canaux utilisent généralement des puits de surface, de moins de 15 mètres de profondeur, faute de budget et de moyens pour faire des forages plus profonds. Ces puits de surface demandent une gestion minutieuse : en effet, une consommation trop importante mène à l’assèchement de la nappe exploitée, remplacée souvent par une eau salée.

Au niveau des sols, la vallée du fleuve bénéficiait auparavant de la crue du fleuve laissant place à une couche superficielle argileuse ayant la caractéristique d’absorber l’eau et de retenir l’humidité. Cependant, la crue a diminué et la nature des précipitations, qui sont courtes et intenses, catalyse le phénomène d’érosion hydrique par ruissellement. Cette couche superficielle argileuse se retrouve donc perturbée et déplacée par les mouvements d’eau et souffre également d’une érosion éolienne avec la force des vents sahariens (l’harmattan et l’alizé) qui la remplacent par un dépôt de sable. La terre sableuse retient malheureusement très mal l’eau et les fertilisants, encore une difficulté pour les agriculteurs.

Il est reconnu que les formations ligneuses permettent de faire barrière au vent et de réduire ainsi l’érosion éolienne des sols. De plus, elles permettent de faire barrage aux ruissellements et de diminuer l’érosion hydrique. Mais les formations ligneuses continuent de régresser d’environ 80 000 ha par an sur l’ensemble du pays, notamment à cause de la destruction des forêts par l’homme pour la récolte de bois et la production de charbon.

Pour lire la suite de l’article

Les articles de la même rubrique

img

Étude de cas du Oakland Institute

The Oakland Institute is an independent policy think tank, bringing fresh ideas and bold action to the most pressing social, economic, and environmental issues of our time.
All Case Study
Publication en français :
Pour lutter contre la sécheresse, le Malawi et la Zambie optent pour le manioc (...)

img

Leaders de l’agrobusiness : les femmes mènent l’innovation agricole

Des femmes d’affaires créatives de tous les pays ACP se lancent sur les marchés agricoles internationaux en s’efforçant de dépasser les inégalités de genre et d’obtenir des succès durables.
Dans le monde entier, des femmes entrepreneurs gèrent des affaires rentables dans le secteur agricole, malgré de (...)

img

La connaissance au service du développement

Les mauvaises pratiques agricoles sont parmi les nombreuses raisons de la faible productivité en Afrique subsaharienne. Or, une part considérable des agriculteurs n’ont qu’un accès limité à l’information et aux connaissances, ce problème étant également du au nombre insuffisant d’agents de vulgarisation (...)

img

Les pays invités à associer de plus en plus agriculture et TIC

La FAO et l’UIT ont signé un accord pour l’utilisation des TIC dans l’agriculture. Des essais montrent que le recours aux TIC peut aider à améliorer les rendements. La satisfaction des besoins alimentaires du monde d’ici à 2050 passe par l’e-agriculture.
L’Organisation des nations unies pour (...)

img

Tous entrepreneurs ! Mais où sont les travailleurs ?

La solution miracle
Les chiffres sont maintenant bien connus : d’ici à 2030, 375 millions de jeunes seront en âge de travailler en Afrique sub-saharienne. Pour la majorité d’entre eux, leurs moyens de subsistance dépendront principalement de l’économie rurale. Pour faire face à la colossale génération (...)