Innovations et Réseaux pour le Développement
Development Innovations and Networks
Innovación y redes para el desarrollo

  • img
  • img
  • img
  • img

Cameroun : Une application de télémédecine au secours des malades

L’application permet de faire des consultations à distance. L’objectif est de pallier à l’insuffisance de personnel médical. Mais les médecins insistent sur l’importance de la présence physique du patient.

L’application mobile Thea (en anglais, That Health again) du Camerounais Eloi Hermann Monkam Tsokam, ambitionne de remédier à l’insuffisance de médecins et d’infrastructures, en permettant aux patients de se connecter directement sur une plateforme pour se faire examiner en ligne par un médecin.

Le système de santé camerounais a été plusieurs fois décrié au cours de ces dernières années, suite à moult scandales dus, entre autres, à l’insuffisance de personnel médical, ainsi qu’à une corruption endémique de certains agents.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le Cameroun consacre US$122 par an aux dépenses de santé par habitant, contre US$599 pour le Gabon.

De plus, le Cameroun est l’un des nombreux pays africains confrontés à une crise des ressources humaines dans le secteur de la santé. Le pays compte environ 1,1 médecin et 7,8 infirmières et sages-femmes pour 10.000 habitants.

L’application, uniquement disponible pour l’heure sur la plateforme Android, a une taille de 9 Mo et possède une vingtaine de menus pour des conseils pratiques, le choix de médecins, les informations sur les pharmacies de garde et même des podcasts, où les médecins apportent des conseils sur diverses affections.

"Les malades peuvent avoir des avis médicaux des professionnels de santé en ligne, lesquels peuvent les orienter vers des médicaments adaptés à leur pathologie", explique le concepteur, Eloi Hermann Monkam Tsokam, médecin généraliste à la clinique That Health Again de Logpom, à Douala.

La rubrique-phare de l’application, "Choisissez votre médecin", donne la possibilité au patient de se connecter à un médecin de son choix.

Pour le moment, 15 médecins généralistes sont disponibles à temps plein sur l’application Thea.

Lire la suite de l’article sur SciDevNet

Les articles de la même rubrique

img

Opinion : L’ agriculture : un grenier d’ emplois durables pour les jeunes et les migrants de retour

La question de l’emploi des jeunes en Afrique subsaharienne et les conséquences qui peuvent en découler préoccupent à tous les niveaux de décision. En effet, dans les pays du Sud, les crises climatiques cycliques et la faible productivité agricole actuelle constituent de sérieux handicaps qui (...)

img

Agriculture durable et insertion des jeunes : Au Mali des jeunes préfèrent le maraîchage à l’ émigration

Il est possible de fixer les jeunes dans leurs localités à condition qu’ils aient des activités génératrices de revenus. L’ Association des planteurs et maraîchers de Maréna (Mali) a montré la voie.
La zone où l’ Association des planteurs et maraîchers de Maréna (APM) intervient est située à l’Ouest du (...)

img

Ecofin Hebdo N°42

L’Agence Ecofin couvre au quotidien l’actualité de 9 secteurs africains : gestion publique, finance, télécoms, agro, électricité, mines, hydrocarbures, communication et droits. Elle conçoit et gère également des médias spécialisés, web et papier, pour des institutions ou des éditeurs africains.

img

Les petits exploitants agricoles peuvent-ils bénéficier des droits de propriété intellectuelle (PI) et des brevets sur les semences ?

Retrouvez trois opinions différentes concernant cette problématique des plus importantes :
1. Johannes Kotschi, Agrecol (Association pour l’agriculture et l’écologie) Des semences open source comme alternative au brevetage
2. Tom Hamilton, responsable PI, Semences et Biotechnologie chez Syngenta (...)

img

Greenpeace Africa exhorte Halcyon Agri à stopper la destruction des moyens de subsistance des communautés et la biodiversité au Cameroun

Le 24 juillet 2018 à Yaoundé, Greenpeace Africa a rendu public un rapport sur la stratégie d’exploitation d’une entreprise sordide de caoutchouc basée au Cameroun, la société singapourienne Halcyon Agri et sa filiale camerounaise. Le rapport « Halcyon Agri : Le caoutchouc qui dévaste les forêt » met à (...)