Innovations et Réseaux pour le Développement
Development Innovations and Networks
Innovación y redes para el desarrollo

  • img
  • img
  • img
  • img

Les Rencontres de l’Innovation : donner aux incubateurs africains les clefs pour accélérer le développement d’entreprises porteuses pour la croissance économique du continent

Aujourd’hui, l’importance des structures telles que les incubateurs, pépinières, accélérateurs et les hubs technologiques – en plein boom en Afrique depuis 5 ans – dans l’accompagnement des premiers pas des entrepreneurs africains n’est plus questionnée. Mais il s’avère que ces structures d’accompagnement sont pour la plupart encore très jeunes, isolées, avec des niveaux de professionnalisation très hétérogènes d’un bout à l’autre de l’Afrique, et un manque de moyens ou d’outils adaptés.

« Malgré tous leurs efforts, ces structures ne permettront pas aux entrepreneurs bénéficiaires de surmonter les principales difficultés de leur écosystème et de croître, si elles n’améliorent pas leur efficacité, efficience et ne se développent pas davantage. Leur impact sur la croissance, l’innovation de rupture et la création d’emplois restera alors limité » explique Christian Jekinnou, coordinateur du Programme Afrique Innovation, ajoutant « C’est justement en réponse à ce constat qu’Afric’innov a été mis en place ».

Ce Programme, mentionné dans notre article « Comment les réseaux peuvent stimuler les incubateurs africains », vise ainsi à professionnaliser les structures d’accompagnement africaines. Dans le cadre de sa stratégie d’appui à l’entrepreneuriat porteur de croissance, la Banque mondiale a décidé de rejoindre en octobre le comité de pilotage du Programme en tant que membre observateur. Cette position lui permettra d’étudier la mise en place de mécanismes pilotes pour soutenir le développement de ces structures d’accompagnement en Afrique, parmi lesquels des formations, des prêts à taux zéro, ou encore la certification des structures d’accompagnement les plus matures.

Certains de ces mécanismes pilotes ont été officiellement lancés lors de la cinquième édition des « Rencontres de l’Innovation International & Sud », qui se sont tenues en octobre 2017 à Paris. Outre les tables rondes, ateliers et animations organisés pour discuter des enjeux majeurs de l’entrepreneuriat en Afrique, ces Rencontres ont offert un programme de formation à une vingtaine de structures d’accompagnement à l’entrepreneuriat innovant actives en Afrique de l’Ouest (66%), Centrale (24%) et Australe (10%).

Pendant trois jours, le personnel de ces incubateurs et autres structures a ainsi reçu des formations, animées par des experts internationaux, à travers des études de cas réels et des outils directement applicables. Les thématiques couvertes comprenaient entre autres le renforcement des offres de services, la consolidation des modèles économique, ou encore l’identification des besoins/attentes des institutions internationales. Ce dernier atelier de formation, animé par une équipe de la Banque mondiale, a permis aux participants de comprendre le rôle des organisations internationales en faveur de l’entrepreneuriat porteur de croissance en Afrique. « J’ai beaucoup apprécié l’esprit de l’atelier, qui incite nos structures à mettre en œuvre les politiques de soutien identifiées par les institutions internationales et les gouvernements africains afin de devenir les moteurs du développement de l’entrepreneuriat sur le continent » déclare Radia Garrigues, directrice de l’incubateur JA Gabon.

Comme dans les pays développés, l’émergence des structures d’accompagnement donne aux décideurs publics africains l’occasion de « décentraliser » leurs politiques de soutien à l’entrepreneuriat. Le recours à ces structures évite de devoir créer de nouvelles agences publiques et permet plutôt de construire sur les bonnes pratiques existantes pour limiter les coûts. De plus, leur accompagnement s’adapte aux réalités des écosystèmes locaux et à l’évolution des besoins des entrepreneurs, fournissant un appui continu sur le long-terme, contrairement aux cabinets internationaux qui ne peuvent offrir qu’un soutien limité dans le temps.

Lire la suite de l’article sur blogs.worldbank.org

Article similaire : De véritables écosystèmes : Comment les réseaux peuvent stimuler les incubateurs africains

Les articles de la même rubrique

img

Pourquoi la France s’est retirée de la Nouvelle Alliance pour la sécurité alimentaire

L’initiative lancée en 2012 pour soutenir l’agriculture africaine est accusée de favoriser les multinationales et l’accaparement des terres.
La France a annoncé son retrait de la Nouvelle Alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition (Nasan) à l’occasion du Comité interministériel de la (...)

img

Au Sénégal, les femmes gagnent en autonomie grâce à l’agriculture

L’importance du rôle des femmes dans la satisfaction des besoins des ménages tant en milieu rural qu’en zone urbaine n’est plus à démonter. C’est fort de cela que nombre d’organismes de développement mettent en oeuvre des initiatives en vue de supporter les femmes dans leurs différentes activités (...)

img

How weavers in Burkina Faso are now on Europe’s migration front line

Speed, endurance, dexterity and an eye for colour : just some of the skills needed when weaving on a loom. Eveline Ouédraogo masters them all. Without visible effort, this Burkinabé woman rapidly moves her feet over the pedals, her hands manoeuvring 40 brightly coloured coils of thread.
With (...)

img

La Fondation pour le Développement communautaire /Burkina Faso (FDC/BF) célèbre ses 20 ans au cotés des communautés

Le Vendredi 02 Février 2018 à Ipelcé dans le Bazèga , la Fondation pour le Développement communautaire /Burkina Faso (FDC/BF) a célébré ses 20ans d’ existence sous le thème « 20 ans de contribution à l’ éducation des enfants et à la formation professionnelle des jeunes et adolescents du Burkina Faso : (...)

img

L’éducation offre des opportunités d’investissement en Afrique

L’ASS est la région du monde où l’investissement dans l’éducation est le plus rentable. Loin d’être une cause perdue, l’accès à une éducation de base de qualité pour tous est non seulement un investissement indispensable pour un développement dynamique et durable des sociétés mais un objectif à portée (...)