Innovations et Réseaux pour le Développement
Development Innovations and Networks
Innovación y redes para el desarrollo

  • img
  • img
  • img
  • img

Les Rencontres de l’Innovation : donner aux incubateurs africains les clefs pour accélérer le développement d’entreprises porteuses pour la croissance économique du continent

Aujourd’hui, l’importance des structures telles que les incubateurs, pépinières, accélérateurs et les hubs technologiques – en plein boom en Afrique depuis 5 ans – dans l’accompagnement des premiers pas des entrepreneurs africains n’est plus questionnée. Mais il s’avère que ces structures d’accompagnement sont pour la plupart encore très jeunes, isolées, avec des niveaux de professionnalisation très hétérogènes d’un bout à l’autre de l’Afrique, et un manque de moyens ou d’outils adaptés.

« Malgré tous leurs efforts, ces structures ne permettront pas aux entrepreneurs bénéficiaires de surmonter les principales difficultés de leur écosystème et de croître, si elles n’améliorent pas leur efficacité, efficience et ne se développent pas davantage. Leur impact sur la croissance, l’innovation de rupture et la création d’emplois restera alors limité » explique Christian Jekinnou, coordinateur du Programme Afrique Innovation, ajoutant « C’est justement en réponse à ce constat qu’Afric’innov a été mis en place ».

Ce Programme, mentionné dans notre article « Comment les réseaux peuvent stimuler les incubateurs africains », vise ainsi à professionnaliser les structures d’accompagnement africaines. Dans le cadre de sa stratégie d’appui à l’entrepreneuriat porteur de croissance, la Banque mondiale a décidé de rejoindre en octobre le comité de pilotage du Programme en tant que membre observateur. Cette position lui permettra d’étudier la mise en place de mécanismes pilotes pour soutenir le développement de ces structures d’accompagnement en Afrique, parmi lesquels des formations, des prêts à taux zéro, ou encore la certification des structures d’accompagnement les plus matures.

Certains de ces mécanismes pilotes ont été officiellement lancés lors de la cinquième édition des « Rencontres de l’Innovation International & Sud », qui se sont tenues en octobre 2017 à Paris. Outre les tables rondes, ateliers et animations organisés pour discuter des enjeux majeurs de l’entrepreneuriat en Afrique, ces Rencontres ont offert un programme de formation à une vingtaine de structures d’accompagnement à l’entrepreneuriat innovant actives en Afrique de l’Ouest (66%), Centrale (24%) et Australe (10%).

Pendant trois jours, le personnel de ces incubateurs et autres structures a ainsi reçu des formations, animées par des experts internationaux, à travers des études de cas réels et des outils directement applicables. Les thématiques couvertes comprenaient entre autres le renforcement des offres de services, la consolidation des modèles économique, ou encore l’identification des besoins/attentes des institutions internationales. Ce dernier atelier de formation, animé par une équipe de la Banque mondiale, a permis aux participants de comprendre le rôle des organisations internationales en faveur de l’entrepreneuriat porteur de croissance en Afrique. « J’ai beaucoup apprécié l’esprit de l’atelier, qui incite nos structures à mettre en œuvre les politiques de soutien identifiées par les institutions internationales et les gouvernements africains afin de devenir les moteurs du développement de l’entrepreneuriat sur le continent » déclare Radia Garrigues, directrice de l’incubateur JA Gabon.

Comme dans les pays développés, l’émergence des structures d’accompagnement donne aux décideurs publics africains l’occasion de « décentraliser » leurs politiques de soutien à l’entrepreneuriat. Le recours à ces structures évite de devoir créer de nouvelles agences publiques et permet plutôt de construire sur les bonnes pratiques existantes pour limiter les coûts. De plus, leur accompagnement s’adapte aux réalités des écosystèmes locaux et à l’évolution des besoins des entrepreneurs, fournissant un appui continu sur le long-terme, contrairement aux cabinets internationaux qui ne peuvent offrir qu’un soutien limité dans le temps.

Lire la suite de l’article sur blogs.worldbank.org

Article similaire : De véritables écosystèmes : Comment les réseaux peuvent stimuler les incubateurs africains

Les articles de la même rubrique

img

Les petits exploitants agricoles peuvent-ils bénéficier des droits de propriété intellectuelle (PI) et des brevets sur les semences ?

Retrouvez trois opinions différentes concernant cette problématique des plus importantes :
1. Johannes Kotschi, Agrecol (Association pour l’agriculture et l’écologie) Des semences open source comme alternative au brevetage
2. Tom Hamilton, responsable PI, Semences et Biotechnologie chez Syngenta (...)

img

Greenpeace Africa exhorte Halcyon Agri à stopper la destruction des moyens de subsistance des communautés et la biodiversité au Cameroun

Le 24 juillet 2018 à Yaoundé, Greenpeace Africa a rendu public un rapport sur la stratégie d’exploitation d’une entreprise sordide de caoutchouc basée au Cameroun, la société singapourienne Halcyon Agri et sa filiale camerounaise. Le rapport « Halcyon Agri : Le caoutchouc qui dévaste les forêt » met à (...)

img

Pétition contre l’huile de palme : un distributeur suisse prend des engagements

Dans le domaine alimentaire, les marques Coop remplaceront l’huile de palme par d’autres matières grasses lorsque cela est possible et se fourniront auprès de filières appliquant des standards plus élevés lorsqu’une substitution n’est pas envisageable.
La culture de la palme pose de graves problèmes (...)

img

Afrique de l’Ouest : « l’ébola du manioc » menace la sécurité alimentaire

Les spécialistes l’appellent "Ébola du manioc" : l’Afrique de l’Ouest cherche la parade à un virus qui touche cette plante très consommée sur son sol et qui menace la sécurité alimentaire de la région, où les besoins en nourriture ne font que croître sous la pression démographique.
« La striure brune du (...)

img

Nouvelle arme pour lutter contre la chenille légionnaire d’automne

La légionnaire d’automne continue de se propager après avoir infecté des millions d’hectares de maïs, menaçant la sécurité alimentaire de plus de 300 millions de personnes. Une nouvelle application mobile, appelée Nuru, entend aider les agriculteurs dans leur lutte contre ce ravageur.
La légionnaire (...)