Innovations et Réseaux pour le Développement
Development Innovations and Networks
Innovación y redes para el desarrollo

  • img
  • img
  • img
  • img

L’éducation offre des opportunités d’investissement en Afrique

L’ASS est la région du monde où l’investissement dans l’éducation est le plus rentable. Loin d’être une cause perdue, l’accès à une éducation de base de qualité pour tous est non seulement un investissement indispensable pour un développement dynamique et durable des sociétés mais un objectif à portée d’atteinte en ASS suite aux progrès significatifs accomplis dans un contexte peu favorable.

Une révolution silencieuse s’accomplit sous nos yeux. L’Afrique est en passe de réussir le défi de l’accès à l’éducation pour tous. L’analphabétisme recule. Le taux d’alphabétisation des 15-24 ans a progressé de 68 % en 2000 à 76 % en 2016. Le rythme est inédit dans l’Histoire. Il a fallu quarante ans aux États-Unis pour que le taux net de scolarisation des filles au primaire passe de 57 à 88 %. Le Maroc est allé quatre fois plus vite et a atteint ce niveau en onze ans seulement.

Depuis le Forum de Dakar, en 2000, en faveur de l’éducation pour tous, les progrès ont été considérables en termes d’accès à l’école primaire, presque à parts égales pour les filles et les garçons, en fonction des pays et des cycles d’enseignement. Les dépenses d’éducation ont augmenté. Les États africains y consacrent 250 dollars US par enfant et par an, et les familles 150 dollars US. Quant aux efforts de la communauté internationale, avec 5 dollars US pour le continent, ils ne sont pas encore à la hauteur des enjeux. Car la jeunesse du monde est d’abord africaine. Ils sont aujourd’hui 30 millions à arriver sur le marché du travail chaque année et seront 440 millions d’ici à 2030. La formation de cette jeunesse qui a soif d’insertion et d’émancipation est indispensable à l’essor du continent.

Aujourd’hui, le financement international en faveur de l’éducation revient en haut de l’agenda politique. Nous partons de loin. La part de l’éducation dans l’aide publique au développement mondiale a diminué de 30 % ces cinq dernières années pour représenter aujourd’hui moins de 7 %. Pourtant, la communauté internationale a reconnu l’éducation comme un objectif de développement durable à part entière, l’ODD 4.

À Ouagadougou, le Président de la République a qualifié l’éducation de « priorité absolue. » Les 1er et 2 février prochains, Dakar sera à nouveau la capitale mondiale de l’éducation. La France et le Sénégal co-organisent en effet le grand événement de reconstitution des fonds du Partenariat Mondial pour l’Éducation. Seul fonds dédié exclusivement à l’éducation, il cible les pays où trop peu d’élèves vont à l’école, notamment les plus pauvres et, en leur sein, les populations les plus fragiles.

L’école des autres nous concerne. D’abord, parce que l’école est un enjeu de société sous toutes les latitudes. Nous le savons. Elle est au fondement de notre République. Elle met à l’épreuve notre devise. De la réussite de tous les élèves dépend la cohésion sociale. Car une école qui fait réussir tous ses élèves, c’est une société qui se fait confiance. Pourquoi en irait-il autrement au Vietnam, en Haïti, au Liban ou au Mali ?

Ensuite, la France a une expérience singulière qu’elle souhaite partager. Et en retour, elle peut en profiter pour s’inspirer de ce qui se fait de mieux à l’étranger. Bien souvent, l’Afrique qui émerge innove à pas de géant, notamment dans l’éducation. C’est le sens de l’action internationale renouvelée de la France en matière d’éducation que portent avec force et ambition Jean-Michel Blanquer, Ministre de l’Éducation nationale, et Jean-Yves Le Drian, Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères.

Enfin, les défis sont colossaux. En quantité : 170 millions d’enfants supplémentaires devront être scolarisés d’ici à 2030. En qualité également : en Afrique subsaharienne, 6 enfants sur 10 en fin de scolarité primaire restent en dessous du seuil minimum de compétences en lecture et en mathématiques. Partout où nous intervenons, la communauté éducative fait son maximum. C’est notre intérêt commun d’aller encore plus loin pour passer à l’échelle supérieure, au service des élèves.

Lire la suite de l’article sur Africadiligence

Autre article intéressant sur l’éducation :

Formation : l’Afrique subsaharienne, une mauvaise élève ?

Les articles de la même rubrique

img

Capitaliser sur les expériences du CTA pour orienter l’agriculture dans

Le CTA et ses partenaires, forts d’une vaste expérience dans la mise en œuvre d’approches agricoles innovantes à travers les pays ACP, peuvent se targuer d’une riche expertise en matière d’agriculture et de développement rural. Parmi les domaines de spécialisation de l’organisation : la digitalisation, (...)

img

Le riz «  Böra Maalé », une marque en plein essor

Le «  Böra Maalé Fanyi  », ou «  riz de mangrove de qualité de Guinée  », est devenu le 30 octobre 2018, la première marque collective de produit agricole transformé enregistrée en Afrique de l’Ouest et du Centre. Voici une présentation de ce riz aux nombreux atouts.
Développé dans les plaines et les îles des (...)

img

Workers no longer have a voice

The video is a must see, as Winnie and Rutger speak serious truth-to-power on why billionaires’ solutions will never be what the world needs to fight inequality and beat poverty. The reality is, as Winnie puts it in response to a challenge from former Yahoo ! CFO, Ken Goldman : “You’re counting (...)

img

Revue sur l’agriculture durable à faibles apports externes : Adaptation Basée sur les Ecosystèmes

La revue documente et partage des expériences d’agriculture familiale basées sur l’utilisation optimale des ressources locales, des procédés naturels, dans le but de renforcer les capacités des individus et des sociétés.
http://www.iedafrique.org/-AGRIDAPE-152-