Innovations et Réseaux pour le Développement
Development Innovations and Networks
Innovación y redes para el desarrollo

  • img
  • img
  • img
  • img

L’Afrique subsaharienne francophone demeure le moteur de la croissance africaine

En 2017, et pour la cinquième fois en six ans, l’Afrique subsaharienne francophone a réalisé les meilleures performances économiques du continent, malgré les difficultés rencontrées par les pays d’Afrique centrale. La tendance devrait se maintenir en 2018, même si une certaine vigilance s’impose.

Pour la quatrième année consécutive et pour la cinquième fois en six ans, l’Afrique subsaharienne francophone a affiché les meilleures performances du continent, selon les données fournies par la Banque mondiale dans son rapport « Perspectives économiques mondiales », publié en janvier dernier. Cet ensemble de 22 pays a ainsi enregistré une croissance globale de 3,2 % (3,9 % hors cas très particulier de la Guinée équatoriale), tandis que le reste de l’Afrique subsaharienne enregistrait un taux de 2,1 % *.

Une croissance globale en hausse

La croissance de l’Afrique subsaharienne francophone a donc connu une hausse par rapport à l’année précédente (2,8 %, ou 3,6 % hors Guinée équatoriale). Dans le même temps, l’écart s’est réduit avec le reste de l’Afrique subsaharienne, dont la croissance avait été plus de trois fois inférieure (0,8 %). En 2017, quatre des cinq pays ayant réalisé la progression la plus élevée du continent faisaient partie de l’Afrique francophone, à savoir la Côte d’Ivoire, Djibouti, le Sénégal et la Guinée.

Cette hausse résulte essentiellement de la relative stabilisation de la situation dans certains pays d’Afrique centrale, encore très dépendants des hydrocarbures, et plus marginalement par une légère hausse de la croissance en Afrique de l’Est francophone. En zone CFA, qui regroupe 14 des 22 pays francophones, la croissance est passée de 2,7 % en 2016 à 3,1 % (ou de 3,8 % à 4,1 %, hors Guinée équatoriale). Cette moyenne est à nouveau tirée par l’espace UEMOA, qui continue à être la plus vaste zone de forte croissance du continent (> 6 % par an).

Pour le reste de l’Afrique subsaharienne, la croissance globale demeure affectée par les graves difficultés des trois principales économies (le Nigeria, l’Afrique du Sud et l’Angola), ainsi que par un ralentissement de la croissance en Afrique de l’Est, dont font d’ailleurs partie les deux pays connaissant les conflits les plus meurtriers du continent (le Soudan du Sud et la Somalie).

Au Nigeria, en Afrique du Sud et en Angola, la situation reste très difficile malgré une légère amélioration, due principalement à la hausse des cours des matières premières. Ces pays ont ainsi respectivement affiché une croissance de 1 %, 0,8 % et 1,2 %, contre respectivement -1,6 %, 0,3 % et 0,0 % en 2016. Pour l’Afrique du Sud, cette croissance anémique se poursuit depuis plusieurs années, et semble durablement installée. Le PIB de ce pays devrait d’ailleurs, à terme, être dépassé par celui de l’Algérie, dont la progression annuelle semble être structurellement environ trois fois supérieure, en moyenne (2,2% en 2017, et plus de 3% les années précédentes), même hydrocarbures. Quant au Nigeria et à l’Angola, leurs économies peinent à redémarrer en dépit d’une dépréciation - probablement trop brutale - de leur monnaie, dont la valeur a baissé d’un peu plus de 50 % depuis le 1er janvier 2015 par rapport au dollar.

Sur la période 2012-2017, soit six années, la croissance annuelle moyenne de l’Afrique subsaharienne francophone s’est donc établie à 4,2 % (4,9 % hors Guinée équatoriale, et 6,4 % dans la zone UEMOA). Ce taux a été de 3 % pour le reste de l’Afrique subsaharienne.

Une Afrique de l’Ouest francophone particulièrement dynamique

Pour la quatrième année consécutive et la cinquième fois en six ans, les huit pays de la zone UEMOA (dont la lusophone, mais très francophile, Guinée-Bissau) ont enregistré une croissance globale supérieure à 6 % (6,5 %, et 6,6 % un an plus tôt). Alors qu’en 2016, sept de ces huit pays avaient connu une progression de plus de 5 %, tous ont cette fois dépassé cette barre symbolique. La zone UEMOA confirme ainsi son statut de plus vaste zone de forte croissance du continent, et de relais de la croissance mondiale. Hors UEMOA, la Guinée confirme le redémarrage de son économie avec une hausse de son PIB de 6,7 % (6,6 % en 2016).

La Côte d’Ivoire et le Sénégal ont à nouveau affiché les meilleures performances d’Afrique de l’Ouest. Avec une croissance 7,6 %, la Côte d’Ivoire n’a été dépassée que par l’Éthiopie (8,5 %), dont les performances résultent essentiellement du très faible niveau de développement du pays, avec un PIB par habitant qui n’était encore que de 710 dollars début 2017 (contre de 1530 dollars pour la Côte d’Ivoire). La Côte d’Ivoire continue aussi à faire mieux que le Kenya, économie la plus développée d’Afrique de l’Est continentale, dont la croissance a été de 4,9 % en 2017 malgré un PIB par habitant légèrement inférieur (1450 dollars). Sur la période 2012-2017, la croissance annuelle a ainsi été de 8,9% en moyenne en Côte d’Ivoire et de 5,3 % au Kenya, soit un écart de près de 68 % en moyenne par an, sur ces 6 dernières années.

De son côté, le Sénégal a continué à afficher une croissance de plus de 6 % (6,8 %), soit davantage que des pays comme l’Ouganda (4,0 %) et le Rwanda (5,2 %), dont le PIB par habitant n’était que de 580 et 700 dollars, respectivement (950 pour le Sénégal). La croissance semble ainsi se tasser dans ces deux pays d’Afrique de l’Est, et notamment au Rwanda qui demeure l’un des quatre seuls pays africains - et non francophones - dans lesquels il n’existe aucune liberté d’expression, avec l’Érythrée, l’Égypte (au régime bien plus autoritaire que sous Moubarak) et le Swaziland (dernière monarchie absolue du continent, et 0,9% de croissance en 2017).

Si la faiblesse des cours des matières premières a également eu un impact positif, les bonnes performances de l’Afrique de l’Ouest francophone s’expliquent principalement par les nombreuses réformes mises en œuvre par la majorité des pays de la région. Des plans de diversification ont ainsi été mis en place, comme le « Plan Sénégal émergent » (PSE), ou encore la « Stratégie de croissance accélérée et de développement durable » (SCADD) au Burkina Faso (dont la croissance s’est établie à 6,4 % en 2017). Pour ce qui du climat des affaires, certains pays ont réalisé un bon considérable entre les classements Doing Business 2012 et 2018, et notamment la Côte d’Ivoire (passée de la 167e place à la 139e place), le Bénin (de la 175e à la 151e), la Guinée (de la 179e et de la 153e) et le Sénégal (de la 154e à la 140e).

À l’exception du Togo (156e), tous les pays francophones de la région se situent désormais à peu près au même niveau que le Nigeria (145e). Par ailleurs, il est à noter que le dernier classement Doing Business met en évidence une détérioration considérable de climat des affaires en Éthiopie, passée de la 111e à la 161e place. Ce pays, qui peine à développer ses zones rurales et où les répressions policières et les tensions interethniques ont fait plusieurs centaines de morts depuis deux ans, est d’ailleurs le pays qui connaît les plus fortes tensions sociales sur le continent, avec l’Afrique du Sud (où l’on compte plus de 15 000 homicides par an).

Enfin, il est à noter que la croissance économique de l’Afrique de l’Ouest francophone continue à être globalement plus de deux fois supérieure à sa croissance démographique, pourtant légèrement supérieure à la moyenne subsaharienne. Cet essor démographique contribue à ce dynamisme économique, en permettant au marché intérieur de ces pays d’atteindre une masse critique nécessaire au développement de nombreuses activités économiques. Par ailleurs, la plupart des pays de la région demeurent encore assez faiblement peuplés. À titre d’exemple, la Guinée et le Burkina Faso, légèrement plus étendus que le Royaume-Uni (et non deux à trois fois plus petits comme l’indiquent la majorité des cartes en circulation), comptent respectivement près de 12 et 20 millions d’habitants, contre 66 millions pour le Royaume-Uni.

Lire la suite de l’article sur cermf.org

Les articles de la même rubrique

img

IPD-AOS : Des diplômés en Genre et Développement prêts à agir dans la transformation sociale

Les participants à la formation ‘’Genre et Développement’’ ont obtenu leur parchemin après 10 mois de labeur, sur initiative de l’Institut des Hautes Études Internationales et du Développement (IHEID) de Genève. La cérémonie de remise officielle de certificats a eu lieu ce lundi 18 juin 2018 à l’Institut (...)

img

Dans la vallée du fleuve Sénégal, l’agriculture perd le quart de ses financements

Les fonds mobilisés pour la campagne agricole de saison sèche chaude 2018 dans la vallée du fleuve Sénégal par la Caisse nationale de crédit agricole du Sénégal ont chuté de 25,5% à la fin du premier trimestre par rapport à la même période en 2017. Ils se sont établis à 8,1 milliards de francs CFA. Le (...)

img

La dette : l’ennemi du paysan

La dette des paysans est un problème mondial et l’augmentation du prix du foncier a fortement contribué à l’aggraver. Au Guatemala par exemple, le prix du foncier est plus élevé qu’en France !
· En 2010, l’endettement moyen d’une exploitation française était de 159 700€, contre 50 000€ en 1980 ! (...)

img

L’agriculture, une affaire de femmes en Afrique

60% des femmes africaines actives exercent dans le secteur agricole. Elles produisent 30% de moins que les hommes . Faute de soutien, elles s’orientent vers les productions à faible valeur.
La première dame du Niger, S.E Aissata Issoufou (en bleu) a tenu à saluer l’ensemble des femmes (...)

img

Sécurité alimentaire et nutritionnelle en Afrique de l’Ouest, quelle est la place du secteur privé ?

« Implication des acteurs du secteur privé dans l’agriculture et la sécurité alimentaire et nutritionnelle (SAN) en Afrique de l’Ouest » C’est sur ce thème que ce sont articulés les échanges dans l’après midi de la journée d’ouverture de l’Assemblée générale 2018 d’Inter-réseaux. Il ressort des échanges que (...)