Innovations et Réseaux pour le Développement
Development Innovations and Networks
Innovación y redes para el desarrollo

  • img
  • img
  • img
  • img

L’agriculture, une affaire de femmes en Afrique

60% des femmes africaines actives exercent dans le secteur agricole.
Elles produisent 30% de moins que les hommes .
Faute de soutien, elles s’orientent vers les productions à faible valeur.


La première dame du Niger, S.E Aissata Issoufou (en bleu) a tenu à saluer l’ensemble des femmes agricultrices et/ou membres de coopératives présentes à la 2e édition de l’African women in agriculture. Ci-dessus, S.E Aissata Issoufou avec Nadira El Guermai, gouverneur-coordinatrice nationale de l’INDH (Ph. Mokhtari)

Conjuguer l’agriculture au féminin. Les maîtres mots de la 2e édition de l’African women in agriculture (AWA) qui poursuit ses travaux à Marrakech. Une initiative de Believe in Africa organisée cette année avec le soutien de l’INDH, l’agence marocaine de coopération internationale, l’OCP, l’ONU femmes, l’US African developement foundation et Lilium capital.

Cette initiative vise à créer un réseau dédié à l’autonomisation des femmes dans l’agriculture. D’ailleurs, en parallèle aux sessions de travail prévues par la rencontre africaine, un espace d’expositions permet aux coopératives de présenter leurs produits et savoir-faire. Elles étaient plus de 100 femmes à unir leur force pour générer des idées et à leur tête la première dame du Niger, S.E Aissata Issoufou et présidente de la fondation Guri, marraine de l’initiative.

D’emblée, S.E plante le décor : « Si nous voulons assurer la sécurité alimentaire des 240 millions de personnes mal nourries dans notre continent, nous devons reconnaître le rôle que joue la femme dans l’atteinte des objectifs de développement durable ». Près de 60% des femmes africaines actives exercent dans l’agriculture.

Un chiffre qui confirme que le secteur est le premier pourvoyeur d’emplois pour les femmes sur le continent. Dans certains pays comme le Rwanda ou le Burkina Faso, la main-d’œuvre agricole est presque exclusivement féminine avec des pourcentages dépassant les 90%.

Toutefois, ces indicateurs ne traduisent pas un meilleur traitement des femmes au travail puisqu’elles sont sous-payées, n’ont pas accès au financement et n’ont toujours pas droit à la propriété foncière… Aussi les femmes africaines confrontées à des facteurs d’exclusion cumulatifs produisent 30% de moins que leurs homologues masculins. Faute de soutien, elles s’orientent vers la production de subsistances et de produits de moindre valeur.

« Pourtant, il a été rapporté dans différents rapports de la FAO que si les agricultrices disposaient du même accès aux intrants agricoles que les hommes, elles pourraient augmenter les rendements de 20 à 30% », appelle la première dame du Niger.

La 2e édition de l’African women in agriculture prévoit d’ailleurs une session dédiée à la démocratisation de l’accès aux engrais et aux semences qui sera animée entre autres par des cadres de l’OCP Africa, filiale africaine de l’Office chérifien des phosphates (OCP).

Les expériences marocaines peuvent servir d’exemple, estiment les organisateurs de l’AWA. A titre d’exemple, l’Initiative nationale du développement humain a mobilisé des soutiens à 7.100 projets générateurs de revenus et d’emploi en faveur de 60.000 femmes.

Plus de 5.000 projets concernent le secteur de l’agriculture. De même que l’Initiative qui fête cette année ses 13 ans a fédéré les efforts pour la création des coopératives féminines regroupées aujourd’hui en fédération, indique Nadira El Guermai, gouverneur-coordinatrice nationale de l’INDH.

leconomiste.com
Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5269 Le 10/05/2018

Les articles de la même rubrique

img

La filière palmier à huile de Côte d’Ivoire en plein essor face aux nouveaux défis du secteur

Secteur porteur pour l’économie du pays, la filière palmier à huile positionne la Côte d’Ivoire au 9ème rang mondial et au 2ème sur le continent africain, avec une production de régimes de palme de 1 800 000 tonnes (dont 1 000 000 tonnes issues des plantations villageoises) pour une production d’huile (...)

img

Ferme Sophia : une source d’autonomisation de Tapsoba Honorine Marie Sophia

L’activité agricole occupe une place importante pour les femmes. Tapsoba Honorine Marie Sophie est comptable de profession à la caisse nationale de sécurité sociale et possède son propre champ. Elle réalise ses ambitions, grâce à ce champ libre de toutes tracasseries financières. Mais elle fait face à (...)

img

Aidez-nous à développer les marchés paysans !

Depuis plus de 10 ans, Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières ( AVSF) soutient les producteurs et éleveurs péruviens dans la mise en place de marchés paysans.
Le Pérou est l’un des pays les plus dynamiques et innovants en ce qui concerne la reconnaissance de l’agriculture paysanne et le poids (...)

img

Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU adopte une résolution en faveur de la Déclaration des droits des paysans à Genève

Droits des paysans et des paysannes, Souveraineté alimentaire
Communiqué de presse
(Genève, 28 septembre 2018) Après dix-sept ans de négociations, longues et ardues, les paysans et autres personnes travaillant dans les zones rurales ne sont plus qu’à un pas de la Déclaration des Nations Unies qui (...)

img

Bolivie : des droits paysans récupérés

Ce projet AVSF d’aide à la démocratie locale et à la sécurité alimentaire à Tomina, province de Sucre, avait été programmé de 1987 à 2001. En avril 2013, AVSF lance une évaluation d’impact dans le cadre de sa politique de suivi-évaluation.
En savoir plus : Les paysans à la reconquête de leurs (...)