Innovations et Réseaux pour le Développement
Development Innovations and Networks
Innovación y redes para el desarrollo

  • img
  • img
  • img
  • img

IPD-AOS : Des diplômés en Genre et Développement prêts à agir dans la transformation sociale

Les participants à la formation ‘’Genre et Développement’’ ont obtenu leur parchemin après 10 mois de labeur, sur initiative de l’Institut des Hautes Études Internationales et du Développement (IHEID) de Genève. La cérémonie de remise officielle de certificats a eu lieu ce lundi 18 juin 2018 à l’Institut Panafricain pour le Développement- Région Afrique de l’Ouest et Sahel (IPD-AOS) à Ouagadougou.

Une dizaine de participants dont un seul homme viennent de voir leurs efforts récompensés avec l’obtention de certificats en genre et développement. Ce programme de l’Institut des Hautes Études Internationales et du Développement (IHEID) de Genève, essaie de donner une formation de qualité aux participants afin de leur permettre d’être outillés aux questions de genre et de développement. Appelé CAS (Certificate Adventise Studies), Genre et développement, ce programme de formation en ligne est adressé aux titulaires d’un master ayant une expérience professionnelle.

Pour la coordonnatrice du programme, l’Anthropologue Christine Verschuur, les participants auront des outils nécessaires pour mieux analyser la réalité sociale et mieux travailler avec des partenaires pour mettre en place des transformations sociales en faveur de la promotion des droits des femmes. « A l’IHIED, nous avons un centre genre dans lequel il y a un pôle genre que je dirige. Ce pôle a mis en place depuis une dizaine d’années avec des professeurs de différentes institutions en Afrique de l’ouest dont l’IPD-AOS au Burkina Faso, un programme de formation en genre et développement en ligne qui essaie justement de donner une formation approfondie, qui est très exigent mais qui permet d’avoir des personnes très bien formées  », s’est-elle expliquée.

En invitant ses filleuls à réinvestir de façon valable leurs acquis, la marraine Clémentine Ouoba/Ouédraogo a souhaité qu’ils partagent et capitalisent les expériences qu’ils vont accumuler. « Les questions de genre et de développement sont vraiment importantes pour notre développement social et économique et on voit qu’avec les compétences qu’ils ont, le travail sera facile », a-t-elle indiqué.

« Je me suis spécialisée en Genre et Éducation. C’est vraiment une formation soutenue. C’est une formation des formateurs. Elle va nous permettre de nous mettre au travail. Nous avons maintenant un moyen d’agir. Nous avons un outil de genre pour agir. On a besoin d’institutionnaliser le genre et de voir un peu comment on peut apporter des changements  », s’est réjouie Dr Honorine Sangaré/Illa, enseignant chercheur à l’UFR SEG à l’Université Ouaga1


Pareillement, Dr Poussi Sawadogo, le seul homme du groupe, a traduit sa fierté de recevoir son diplôme avec une spécialisation aussi en Genre et Éducation : « c’est une belle aventure de se trouver dans une aventure de minorité, dans un contexte où on est habitué à la majorité. Je me suis retrouvé seul parmi une dizaine de femmes. C’est beaucoup plus un sentiment de responsabilité, d’interpellation pour incarner les valeurs qui ont été enseignées telles que l’équité, les valeurs de justice sociale, qu’il faut porter non seulement en famille mais aussi dans le milieu professionnel. C’est un sentiment de défi à relever qui m’anime »,{{}} a-t-il fait savoir.

Ce programme est un certificat avancé avec trois spécialisations : Genre et Éducation, Genre et Budget, Genre et Développement rural. Cette formation en ligne s’est déroulée suivant une plateforme, les aspects théoriques dans un premier temps, puis des travaux pratiques pour consolider les acquis théoriques. Au total 18 modules et deux ateliers en présentiel ont fait l’objet de cette formation.

Cet apprentissage à entendre donc les lauréats va leur permettre d’être plus engagés dans la recherche d’une société plus juste au profit des femmes et des hommes, à partir de ce qu’ils ont appris, qui est l’intersectionnalité car diront-ils, que les besoins ne sont pas les mêmes et il faut travailler à trouver un compromis.

Assétou MAIGA

Aminata GANSORE
queenmafa.net

Les articles de la même rubrique

img

Pétition contre l’huile de palme : un distributeur suisse prend des engagements

Dans le domaine alimentaire, les marques Coop remplaceront l’huile de palme par d’autres matières grasses lorsque cela est possible et se fourniront auprès de filières appliquant des standards plus élevés lorsqu’une substitution n’est pas envisageable.
La culture de la palme pose de graves problèmes (...)

img

Afrique de l’Ouest : « l’ébola du manioc » menace la sécurité alimentaire

Les spécialistes l’appellent "Ébola du manioc" : l’Afrique de l’Ouest cherche la parade à un virus qui touche cette plante très consommée sur son sol et qui menace la sécurité alimentaire de la région, où les besoins en nourriture ne font que croître sous la pression démographique.
« La striure brune du (...)

img

Nouvelle arme pour lutter contre la chenille légionnaire d’automne

La légionnaire d’automne continue de se propager après avoir infecté des millions d’hectares de maïs, menaçant la sécurité alimentaire de plus de 300 millions de personnes. Une nouvelle application mobile, appelée Nuru, entend aider les agriculteurs dans leur lutte contre ce ravageur.
La légionnaire (...)

img

Une ombre optimale pour le cacaoyer

Le chocolat est de plus en plus apprécié et, par conséquent, la demande de cacao ne cesse d’augmenter. Pour que la production puisse faire face à la demande, il faut que les pratiques agricoles deviennent plus durables. Des chercheurs suisses ont cherché à savoir quels arbres d’ombre peuvent (...)

img

La certification : un outil imparfait mais utile

Dans les pays ACP, les certifications permettent aux agriculteurs de garantir la qualité de leurs produits, d’accéder à de nouveaux marchés et d’améliorer leurs revenus. Pour un impact optimal, ces certifications doivent s’inscrire dans des programmes de développement plus vastes.
Dans le secteur (...)