Innovations et Réseaux pour le Développement
Development Innovations and Networks
Innovación y redes para el desarrollo

  • img
  • img
  • img
  • img

Nouvelle arme pour lutter contre la chenille légionnaire d’automne

La légionnaire d’automne continue de se propager après avoir infecté des millions d’hectares de maïs, menaçant la sécurité alimentaire de plus de 300 millions de personnes. Une nouvelle application mobile, appelée Nuru, entend aider les agriculteurs dans leur lutte contre ce ravageur.

La légionnaire d’automne continue de se propager et devient de plus en plus destructrice, a averti l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) à la fin juin 2018. Selon cette organisation, la légionnaire d’automne est en train de se propager dans des zones de plus en plus vastes dans les pays d’Afrique subsaharienne et devient de plus en plus destructrice à mesure qu’elle se nourrit d’un plus grand nombre de cultures et de différentes parties des cultures, développant de plus en plus un appétit pour le sorgho et le mil, en plus du maïs.

C’est en 2016 que ce ravageur est apparu pour la première fois en Afrique, plus précisément en Afrique de l’Ouest. Aujourd’hui, elle s’est rapidement propagée à travers l’Afrique subsaharienne et a déjà infesté les champs de maïs et de sorgho dans 44 pays sur une superficie de plus de 22 millions de kilomètres carrés. Seuls dix pays (principalement en Afrique du Nord) en sont épargnés. Les experts craignent que le ravageur ne se propage en Afrique du Nord, en Europe du Sud et au Proche-Orient.

Les petits exploitants agricoles, qui constituent la quasi-totalité des dizaines de millions de cultivateurs de maïs en Afrique subsaharienne, sont les plus touchés par la légionnaire d’automne, et tout dommage supplémentaire infligé par le ravageur aurait des conséquences dramatiques sur leur vie. Par exemple, si 20 pour cent de leur récolte annuelle de maïs étaient perdus au profit de la légionnaire d’automne, il en résulterait un déficit de 16 millions de tonnes de maïs, d’une valeur de près de 5 milliards de dollars.

L’application Nuru pour la lutte contre la légionnaire d’automne

Une nouvelle application vocale appelée Nuru pour combattre la légionnaire d’automne a été lancée par l’Université d’État de Pennsylvanie et la FAO en juin 2018. Elle vise à aider les agriculteurs africains à reconnaître la légionnaire d’automne et à leur permettre de prendre immédiatement des mesures pour la détruire et enrayer sa propagation.

Si de nombreux agriculteurs africains ont entendu parler de la légionnaire d’automne, ils la voient pour la première fois et sont souvent incapables de la reconnaître ou ne sont pas certains de ce à quoi ils sont confrontés. Avec la nouvelle application, ils peuvent tenir le téléphone à côté d’une plante infestée, et Nuru peut immédiatement confirmer si c’est la légionnaire d’automne qui a causé les dommages.

Nuru est une application qui utilise des technologies de pointe faisant appel à l’apprentissage automatique et l’intelligence artificielle. Elle tourne sur un téléphone Android standard et peut également fonctionner hors connexion. Elle vient compléter l’application récemment lancée par la FAO Fall Armyworm Monitoring and Early Warning System (FAMEWS) mobile app, laquelle permet d’acquérir des connaissances sur la façon dont le ravageur se propage, où il se propage, et ce qui le rend moins nuisible.

Nouvelles fonctionnalités à venir

Les experts travaillent sur de nouvelles fonctionnalités pour faire de Nuru un allié encore plus puissant contre la légionnaire d’automne dans les prochains mois. Bientôt, en plus de l’anglais, Nuru sera en mesure de parler aux agriculteurs dans leur propre langue, de les guider dans le processus de vérification de leurs cultures pour y détecter la légionnaire d’automne, de faire rapport sur les niveaux d’infestation et de leur donner des conseils sur la façon de lutter contre le ravageur. Nuru parlera le swahili, le français et le twi et apprendra de nouvelles langues tout le temps.

A l’heure actuelle, Nuru fait partie de l’application PlantVillage, qui est une application gratuite développée à l’Université de Pennsylvanie (Pennsylvania State University) avec la FAO, le CGIAR et d’autres institutions publiques, et sera bientôt reliée à l’application FAMEWS de la FAO. Lorsque les agriculteurs seront connectés, toutes les données validées par les points focaux nationaux de la légionnaire d’automne seront transférées du FAMEWS vers une plate-forme Web mondiale. Cette plateforme analyse des données recueillies dans toute l’Afrique et donne un aperçu de la situation en temps réel avec la cartographie des infestations de la légionnaire d’automne et les mesures qui ont été les plus efficaces pour en réduire l’impact.

(FAO/ile)

Pour télécharger l’application sur Google Play

Read more : Nuru becomes African farmers’ newest ally against Fall Armyworm

Les articles de la même rubrique

img

L’Ethiopie et le Rwanda, bons élèves en politique agricole, ont diminué la pauvreté en milieu rural de 50% et 25%

En Afrique, seuls l’Ethiopie et le Rwanda ont combiné la politique aux actions gouvernementales afin d’investir dans l’agriculture et de réduire la pauvreté des populations vivant en zone rurale.
C’est ce qu’affirme un nouveau rapport de L’Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA) sur l’état (...)

img

Opinion : L’ agriculture : un grenier d’ emplois durables pour les jeunes et les migrants de retour

La question de l’emploi des jeunes en Afrique subsaharienne et les conséquences qui peuvent en découler préoccupent à tous les niveaux de décision. En effet, dans les pays du Sud, les crises climatiques cycliques et la faible productivité agricole actuelle constituent de sérieux handicaps qui (...)

img

Agriculture durable et insertion des jeunes : Au Mali des jeunes préfèrent le maraîchage à l’ émigration

Il est possible de fixer les jeunes dans leurs localités à condition qu’ils aient des activités génératrices de revenus. L’ Association des planteurs et maraîchers de Maréna (Mali) a montré la voie.
La zone où l’ Association des planteurs et maraîchers de Maréna (APM) intervient est située à l’Ouest du (...)

img

Ecofin Hebdo N°42

L’Agence Ecofin couvre au quotidien l’actualité de 9 secteurs africains : gestion publique, finance, télécoms, agro, électricité, mines, hydrocarbures, communication et droits. Elle conçoit et gère également des médias spécialisés, web et papier, pour des institutions ou des éditeurs africains.

img

Les petits exploitants agricoles peuvent-ils bénéficier des droits de propriété intellectuelle (PI) et des brevets sur les semences ?

Retrouvez trois opinions différentes concernant cette problématique des plus importantes :
1. Johannes Kotschi, Agrecol (Association pour l’agriculture et l’écologie) Des semences open source comme alternative au brevetage
2. Tom Hamilton, responsable PI, Semences et Biotechnologie chez Syngenta (...)