Innovations et Réseaux pour le Développement
Development Innovations and Networks
Innovación y redes para el desarrollo

  • img
  • img
  • img
  • img

Interview de l’écrivain Cheikh Hamidou Kane

L’auteur sénégalais de « L’Aventure ambiguë », 90 ans, revient sur l’histoire contemporaine du continent, marquée par des questionnements et des tourments identitaires.

C’est l’un des paradoxes de Cheikh Hamidou Kane. En cinquante-sept ans de carrière, l’écrivain sénégalais n’a publié que deux romans – L’Aventure ambiguë, en 1961, et Les Gardiens du temple, en 1995 –, devenus des classiques, traduits dans une dizaine de langues et inscrits au programme de nombreuses écoles et universités. Ils relatent le malaise des élites africaines désorientées par la colonisation française. Né en 1928 à Matam, sur les bords du fleuve Sénégal, Cheikh Hamidou Kane a traversé l’histoire contemporaine du continent, marquée par des questionnements et des tourments identitaires.

Dans L’Aventure ambiguë, Samba Diallo, fils de notables peuls élevé dans la plus pure tradition coranique du pays des Diallobé – une nation fictive qui ressemble à s’y méprendre au Fouta Toro, région du nord du Sénégal –, est envoyé à « l’école des Blancs » pour y apprendre « comment on peut vaincre sans avoir raison ». Il sortira ébranlé de cette expérience intérieure d’une grande violence.

La puissance de ce roman philosophique, en partie autobiographique, grand prix littéraire d’Afrique noire en 1962, reste d’actualité. L’Aventure ambiguë est l’ouvrage de référence pour qui continue de s’interroger sur les identités africaines et afrodescendantes percutées par la « rencontre » avec l’Occident. Peut-on lier les cultures africaines au legs colonial et en sortir indemne ? Comment tirer le meilleur de ce choc identitaire ?

Témoin et un acteur privilégié de la marche des anciennes colonies françaises vers l’indépendance, Cheikh Hamidou Kane a été ministre sous Léopold Sédar Senghor et Abdou Diouf, puis haut fonctionnaire de l’Unicef dans différentes capitales africaines. Retiré de la vie publique depuis plusieurs décennies, l’écrivain consacre désormais ses journées à la prière, à l’écriture et à « l’éducation morale » de ses petits-enfants.

C’est dans sa villa dakaroise qu’il a reçu Le Monde Afrique. A 90 ans, il a la démarche hésitante, mais son regard sur le monde reste pétillant. Il s’est confié sur son enfance marquée par le racisme, sa fascination pour la culture française, ses rêves panafricanistes et avoue avoir adoré le dernier opus des studios Marvel, Black Panther.

Retrouvez l’intégralité de l’interview sur le site du Monde.fr

Les articles de la même rubrique

img

Energie : Daria Robinson, Directrice de la Fondation Antenna, au Forum des 100

Dans le cadre des « 100 personnalités qui font la Suisse romande », Denis et Daria ont été invités au Forum des 100 pour contribuer au dialogue sur la transition écologique.
Lors de son pitch, notre directrice Daria souligne que cette transition demande un nouveau modèle social et économique où la (...)

img

Les victoires d’avsf au service de l’agriculture paysanne

En Haïti, en Équateur, au Togo, au Mali, à Madagascar… Chaque année, AVSF fait progresser l’agriculture paysanne dans une vingtaine de pays du Sud. Grâce à votre générosité, les communautés rurales connaissent de vraies victoires : en s’appropriant l’agroécologie, elles développent leurs moyens de (...)

img

Que fait la Chine en Afrique ?

Depuis plus d’une décennie, l’activité de la Chine en Afrique intrigue les pays occidentaux. Dans la plupart des pays africains, le partenaire chinois est en revanche loué. En 2009, la Chine est devenue le premier partenaire commercial du continent, devant les Etats-Unis et la France. Ces dernières années, elle a surtout prêté des milliards aux pays africains pour la construction de gigantesques projets d’infrastructures. Un schéma qui rappelle sa méthode dans le cadre des « nouvelles routes de la soie », lancée par le président Xi Jinping en 2014. Mais les relations entre la Chine et l’Afrique peuvent-elles vraiment être « gagnant-gagnant » ? Et que cherchent vraiment la Chine et son ambitieux président en Afrique ?