Innovations et Réseaux pour le Développement
Development Innovations and Networks
Innovación y redes para el desarrollo

  • img
  • img
  • img
  • img

20 Milliards de F CFA dépensés en lait importé.

Lait et arithmétique...
Les importations de produits laitiers au Niger représentaient 5 milliards de F.CFA en 1999 et 20 milliards de ces mêmes F.CFA en 2017, avec un pic de plus de 26 milliards en 2014, dû à une exonération de la TVA.
En kg de lait (même chose que le litre pour simplifier) cela représente 19.869.590 kg (source INS), soit pour une lecture plus facile presque 20 millions de litres de lait.
La poudre de lait doit représenter au moins 80% de ce montant soit l’équivalent de 16 millions de litres.

C’est quoi 16 millions de litres de lait ? Un éleveur avec un noyau de 4 vaches qui vend 6 litres de lait par jour pendant 200 jours peut livrer 1.200 litres et il faudrait 13.300 éleveurs pour avoir la quantité importée. Est-ce du domaine de l’impossible ?
Un centre de collecte comme celui de Hamdallaye, proche de Niamey, peut fournir 1.200 litre de lait de qualité par jour soit 438.000 litres en une année (avec les différents tests : bromocrésol pour le pH, densimétrie, ébullition et autres). Il faudrait 36 centres au total pour avoir la quantité de lait importée.

Aujourd’hui, il existe 4 centres de collecte fonctionnels (Hamdallaye, Kollo, Route de Ouallam et Say) et 2 qui doivent démarrer (Birni Ngaouré et Namaro). A eux deux, les centres d’Hamdallaye et Kollo ne peuvent vendre que 500 litres par jour à SOLANI, la seule unité qui accepte d’acheter une (très) petite quantité. Les centres n’ont pas d’acheteurs et ne peuvent prendre qu’une partie du lait des éleveurs adhérents. 16 millions de litres achetés à 300 F.CFA aux éleveurs cela représenterait un revenu de 4,8 milliards de F.CFA.
Pour commencer, comment faire pour que nos industries laitières utilisent seulement 10% de lait local pour la fabrication de leurs produits ? Une question à 100 millions de F.CFA… pour chaque centre de collecte.

RECA-Niger

Les articles de la même rubrique

img

Capitaliser sur les expériences du CTA pour orienter l’agriculture dans

Le CTA et ses partenaires, forts d’une vaste expérience dans la mise en œuvre d’approches agricoles innovantes à travers les pays ACP, peuvent se targuer d’une riche expertise en matière d’agriculture et de développement rural. Parmi les domaines de spécialisation de l’organisation : la digitalisation, (...)

img

Le riz «  Böra Maalé », une marque en plein essor

Le «  Böra Maalé Fanyi  », ou «  riz de mangrove de qualité de Guinée  », est devenu le 30 octobre 2018, la première marque collective de produit agricole transformé enregistrée en Afrique de l’Ouest et du Centre. Voici une présentation de ce riz aux nombreux atouts.
Développé dans les plaines et les îles des (...)

img

Workers no longer have a voice

The video is a must see, as Winnie and Rutger speak serious truth-to-power on why billionaires’ solutions will never be what the world needs to fight inequality and beat poverty. The reality is, as Winnie puts it in response to a challenge from former Yahoo ! CFO, Ken Goldman : “You’re counting (...)

img

Revue sur l’agriculture durable à faibles apports externes : Adaptation Basée sur les Ecosystèmes

La revue documente et partage des expériences d’agriculture familiale basées sur l’utilisation optimale des ressources locales, des procédés naturels, dans le but de renforcer les capacités des individus et des sociétés.
http://www.iedafrique.org/-AGRIDAPE-152-