Innovations et Réseaux pour le Développement
Development Innovations and Networks
Innovación y redes para el desarrollo

  • img
  • img
  • img
  • img

20 Milliards de F CFA dépensés en lait importé.

Lait et arithmétique...
Les importations de produits laitiers au Niger représentaient 5 milliards de F.CFA en 1999 et 20 milliards de ces mêmes F.CFA en 2017, avec un pic de plus de 26 milliards en 2014, dû à une exonération de la TVA.
En kg de lait (même chose que le litre pour simplifier) cela représente 19.869.590 kg (source INS), soit pour une lecture plus facile presque 20 millions de litres de lait.
La poudre de lait doit représenter au moins 80% de ce montant soit l’équivalent de 16 millions de litres.

C’est quoi 16 millions de litres de lait ? Un éleveur avec un noyau de 4 vaches qui vend 6 litres de lait par jour pendant 200 jours peut livrer 1.200 litres et il faudrait 13.300 éleveurs pour avoir la quantité importée. Est-ce du domaine de l’impossible ?
Un centre de collecte comme celui de Hamdallaye, proche de Niamey, peut fournir 1.200 litre de lait de qualité par jour soit 438.000 litres en une année (avec les différents tests : bromocrésol pour le pH, densimétrie, ébullition et autres). Il faudrait 36 centres au total pour avoir la quantité de lait importée.

Aujourd’hui, il existe 4 centres de collecte fonctionnels (Hamdallaye, Kollo, Route de Ouallam et Say) et 2 qui doivent démarrer (Birni Ngaouré et Namaro). A eux deux, les centres d’Hamdallaye et Kollo ne peuvent vendre que 500 litres par jour à SOLANI, la seule unité qui accepte d’acheter une (très) petite quantité. Les centres n’ont pas d’acheteurs et ne peuvent prendre qu’une partie du lait des éleveurs adhérents. 16 millions de litres achetés à 300 F.CFA aux éleveurs cela représenterait un revenu de 4,8 milliards de F.CFA.
Pour commencer, comment faire pour que nos industries laitières utilisent seulement 10% de lait local pour la fabrication de leurs produits ? Une question à 100 millions de F.CFA… pour chaque centre de collecte.

RECA-Niger

Les articles de la même rubrique

img

L’accélération de la microfinance grâce au Mobile money

Le système de paiement mobile est appelé à jouer un rôle dans la diminution des coûts de la microfinance et de la micro-assurance. Mais la mission du Mobile money est de permettre l’accès à l’information et la création de nouveaux produits financiers innovants.
Inwi et l’Agence de développement digital (...)

img

Agriculture : Baisse potentielle des rendements de l’Afrique d’ici 2050.

Produire plus pour nourrir un continent qui se réchauffe, tout en protégeant la nature et l’écosystème, tel est le combat que se lancent les représentants africains de l’Agriculture, réunis au Maroc.
A l’orée de la prochaine conférence s’articulant sur le climat, la COP25 (du 2 au 13 décembre 2019) en (...)

img

Les protections à l’importation sur les produits agricoles :état des lieux et enjeux pour l’Afrique subsaharienne

Cette nouvelle note de la fondation FARM offre un panorama mondial des tarifs douaniers sur les produits agricoles, avec un focus sur l’Afrique subsaharienne. Elle montre que cette région protège modérément son agriculture et analyse les enjeux et la faisabilité d’une éventuelle augmentation des (...)

img

Vers une transformation durable des systèmes d’élevage au Sénégal

Dans le nord du Sénégal, le Gret et ses partenaires appuient la structuration de la filière lait et s’efforcent d’améliorer les conditions d’existence des exploitations familiales d’élevage. Au fil des ans, le projet Asstel a permis l’émergence d’évolutions et de dynamiques prometteuses qui doivent (...)

img

Les organisations interprofessionnelles en Afrique de l’Ouest

Interprofessions, cadres de concertation, comités interprofessionnels, tables filières, autant de formes d’organisations dites « interprofessionnelles », qui fleurissent ces dernières années en Afrique de l’Ouest et suscitent un fort intérêt de la part des acteurs économiques des filières agricoles comme (...)