Innovations et Réseaux pour le Développement
Development Innovations and Networks
Innovación y redes para el desarrollo

  • img
  • img
  • img
  • img

Agriculture tropicale et et exploitations familiales d’Afrique

Hugues Dupriez

Terres et Vie, Nivelles.
480p.

J’ai sur ma table un des 4 ou 5 gros livres consacrés par H.Dupriez à l’agriculture tropicale. Elle est ici envisagée dans ses rapports avec la famille africaine.Près de 500 pages, richement illustrées et on ne s’ennuie jamais même si l’on n’est pas agronome. L’étymologie du mot « agronome » renvoie bien certainement au champ mais aussi (nomos,nómos ) à la loi, à la règle. Nous ne sommes pas ici face à un ensemble de règles, à un compendium pour « réussir » (maximiser)une récolte.En premier lieu du point de vue économique tout en réduisant au maximum l’outil et le savoir humains devenus un facteur négatif,dommageable, de production.
Au contraire, pourrait-on dire,le livre se lit comme un roman en faisant intervenir une foule d’acteurs,la terre, la biodiversité et la plante elle-même,les hommes et les femmes,les animaux, le village,…
Loin d’en faire le résumé, parcourons-le à partir de sa table des matières et voyons surgir les acteurs, leurs collaborations ( terres, eau, climat,…),leurs besoins (en eau, en aliments,..),leur reproduction (semences, greffes,...),leurs concurrents (parasites,vecteurs divers de maladies,…),leur place dans un « système »,leurs relations,...De quoi faire d’une saison culturale, une pièce de théâtre.
Mais on peut aussi voir le livre à partir de la sociologie, des rapports entre tous ces acteurs.
Et en s’inspirant de l’intersectionalité, une discipline à la mode qui étudie la complexité des relations.Il me semble que cette discipline peut interroger l’agriculture moderne en ce sens que celle-ci est négation de la complexité, de la fécondité des relations terres ( terroirs), humains,animaux,…
Pour Hugues Dupriez, l’agriculture africaine est la mise en pratiques de ces relations, c’est un savoir-être, un savoir faire pour en tirer le meilleur parti au profit d’une communauté.
L’agriculture industrielle ignore les complexités qui n’ont pas trait à son objectif de production maximale.Il en est ainsi de la biodiversité naturelle, familiale, culturelle,...Il vaut mieux les ignorer, se convertir à une seule foi, parler d’une seule voix, celle d’une technologie triomphante,globale, écrasante des terres et des hommes.

La manière de ce livre est celle-ci : prendre les gens par la main, ajouter quelque chose à leur soif de connaissance, qui réussisse la gageure de concilier culture(s) locale(s) et meilleures connaissances issues de la science moderne.
Si l’on parcourt à grandes enjambées la table des matières,on apercevra le fil de la démarche.Mais il ne faut pas en faire un résumé sans âme.Il faut plutôt aller de page en page, s’arrêter avec l’auteur pour regarder un paysage, évoquer une tradition,souligner un risque,embrasser un vaste tableau.
Le livre s’ouvre par une visite : aux champs,aux histoires (différentes,qu’elles soient de région sèche soudano sahélienne ou de région forestière humide) ;aux méthodes de culture (multi-étagée,en culture pure, modernisée).

Comment est structuré ce livre ?480 pages A4 ; 42 chapitres ; 13 parties.. .C’est plein de photos (couleurs,1100 ). Parfois un peu petites mais on nous dit qu’une présentation digitale est prête.

Plus que les photos oserai-je dire, les schémas dessinés de la main de l’auteur. Quelle patience pour dessiner, à la plume sans doute, les racines échevelées ! Souvent le schéma est accolé à une photo et une étiquette bleue fait le lien entre le schéma et la photo. L’auteur est aussi amoureux des grandes,doubles planches explicatives très colorées qui font s’emboîter les idées, se relier les thématiques.
J’entre doucement dans la catégorie des mal-voyants et je peux ainsi juger de la qualité d’une mise en page, d’une mise en dessin (contraste des couleurs et des boîtes).

Ce milieu de vie : celui du vivant et du non-vivant.De quoi les plantes ont-elles besoin ?De quoi la famille a-t-elle besoin ?
Qu’est-ce qu’un terroir ? Un relief, comment le représenter(cartes) ?
Et le foncier ?Des conceptions différentes (de la propriété, de l’usage). Comment évolue-t-il ? Vers la paix ou les conflits ?
En particulier, la gestion des passages (des divagations) des troupeaux.Il y a des règles certes mais sont-elles appliquées ?Des barrières d’épines mais sont-elles suffisantes,en voie de disparition ? Agriculture et élevage sont cependant associés, voire souvent complémentaires !Un exemple ? Les troupeaux rentrent le soir dans les enclos qui seront les champs de demain !

Dans ce grand vivant qu’est un village, chacun,chaque vivant a sa place,utile, respectée,parfois contestée. Ainsi en est-il des arbres.
Leur rôle dans l’écologie des terroirs, dans l’économie familiale, singulièrement pour les femmes.Les pratiques destructrices (de l’agriculture moderne) obligent les femmes à aller de plus en plus loin chercher le bois de chauffe. Le rôle économique des arbres (alimentation, fourrage,artisanat,médecine,...) aussi bien qu’écologique est important.
Ils brisent l’énergie des pluies et des vents (limitant l’érosion). Parfois par l’ombre portée,par le gîte donné à des espèces nuisibles, ils peuvent présenter des désavantages réels.

En fait,le reste du livre va développer ces points.Il serait trop difficile (et trop long) d’en faire le recensement. Mais prenons un exemple.
Le sol. « La vie du sol est fragile ».La latérisation. Elle pourrait faire l’objet d’exposés techniques du plus haut intérêt scientifique. « Du plus haut intérêt scientifique » Cela n’est pas nié mais le point de vue de l’auteur est autre : « la latérisation se passe sous nos yeux ». Le lecteur est impliqué dans ce drame qui menace les terres africaines.Mais un peu d’espoir cependant : « certaines carapaces latéritiques récentes sont récupérables ».Le mot « carapace » n’est-il pas chargé symboliquement ?

Je remarque encore : les racines, de « vraies centrales d’approvisionnement ». Pour moi, les racines c’est ce qui ne se voit pas mais c’est pourtant d’une immense diversité : « la morphologie des racines est caractéristique de chaque espèce ! ».
Elles ont aussi leur dynamique personnelle, cherchant leur bien,si j’ose dire.
Elles travaillent le sol,le fabriquent,le divisent,le transforment. Ce qu’elles aiment, je présume, ce sont les jachères, périodes pendant lesquelles on leur donne le temps de se reposer , de fabriquer du sol. Combien d’années ? 10 ans selon la meilleure coutume mais avec l’accroissement démographique, des temps de jachère de plus en plus réduits !

L’eau. Un grand chapitre.Ses mouvements.Elle apparaît, disparaît, s’infiltre, s’évapore, érode, ruisselle. On peut irriguer, drainer et les pratiques sont diverses.Tenir compte des changements que l’on constate aujourd’hui dans le décours des saisons.
Le vivant.Il vit, fait vivre : ce qu’on appelle la chaîne alimentaire où la nourriture des uns est de la nourriture des autres et vice et versa.
Les besoins des des plantes : sol, soleil(lumière), air,eau, chaleur.
Un peuple de vivants. Comment lutter ? Les plantes se soumettent à la dure loi de la lutte pour la vie. Et ce ne sont pas les maladies, les parasites, visibles, invisibles, ce qu’on appelle les mauvaises herbes, qui manquent…

Il faut envisager la vie économique de la ferme comme un tout : facteurs de production ; productions elles-mêmes ; consommations : auto-consommation ; dépenses de production , dépenses sociales ;commercialisations. De l’auto-suffisance certes mais pas de l’autarcie, une économie ouverte, notamment aux idées, aux rencontres.Mais c’est sous l’arbre que se prennent les décisions communautaires.
L’aspect pratique ne manque pas. On ne cultive pas du soja pour le donner aux animaux de boucherie !On veut essentiellement nourrir les hommes ! Mais pour cela,il faut faire quelques comptes. Quels rendements ? Comment mesurer (longueur, surface, poids, volume) ?Comment les calculer ? Pour quelle valeur alimentaire ?
On ne referme pas ce livre, on le garde sous la main, comme un compagnon, certes coloré mais plein de surprises, de chatoiements divers,...un remède face à l’aplatissement de nos horizons.
Il faut continuer à réfléchir à la place de l’agriculture familiale dans nos sociétés.

Michel Ansay
090321.

Les articles de la même rubrique

img

COMMENT AIDER LES ONG/OP DU SUD A DEVENIR PLUS AUTONOMES,ET DONC MOINS DEPENDANTES,EN PARTICULIER DE L’AIDE INTERNATIONALE ?

La recherche d’une plus grande autonomie de leur organisation est, pour les dirigeants d’ONG/OP du Sud, une grande préoccupation. Malgré leurs efforts, ils n’arrivent pas à se détacher de l’aide qu’ils reçoivent
L’aide à une fin. Après quelques années, l’aide va cesser, mettant ces dirigeants dans une (...)

img

Les tontines numériques, une innovation africaine contre la précarité

Le numérique contre la pauvreté (2/6). Ce système d’épargne rotatif, très pratiqué sur le continent, est désormais disponible sous forme d’applications, notamment au Sénégal. Penchée au-dessus d’un broyeur rugissant, Aby Ndiaye verse un seau de mil, réduit immédiatement en granulés. Avec dextérité, elle les (...)

img

Le FIDA s’emploie à éliminer la pauvreté rurale dans les pays en développement

Le Fonds international de développement agricole (FIDA), une institution spécialisée des Nations Unies, a été créé en tant qu’institution financière internationale en 1977. Le FIDA s’emploie à éliminer la pauvreté rurale dans les pays en développement. Travaillant avec les populations rurales pauvres, les (...)

img

Le Festival International de l’Education à la culture de l’Ecologie et du Développement

Festival international de l’éducation à la culture de l’écologie et du développement durable FIECEDD.
Deuxième édition 2021.
Thème :
Lieu : Bafoussam - Cameroun
Contact : Fondation FIDEPE
Tel/Wathsapp : 237 694 183 675
Web : www.fondationfidepe.org

img

Agriculture tropicale et et exploitations familiales d’Afrique

Hugues Dupriez
Terres et Vie, Nivelles. 480p.
J’ai sur ma table un des 4 ou 5 gros livres consacrés par H.Dupriez à l’agriculture tropicale. Elle est ici envisagée dans ses rapports avec la famille africaine.Près de 500 pages, richement illustrées et on ne s’ennuie jamais même si l’on n’est pas (...)