Manuel de recherche de financement et de gestion financière des ONG et Organisations de développement du Sud

Manuel de recherche de financement et de gestion financière des ONG et Organisations de développement du Sud

Un guide complet et actualisé pour financer et gérer efficacement votre ONG ou organisation de développement du Sud

Le monde en constante évolution exige des approches innovantes pour le développement. Le Manuel de recherche de financement et de gestion financière pour les ONG et organisations de développement du Sud, dans sa nouvelle édition enrichie, vous offre les outils et les connaissances nécessaires pour naviguer dans le paysage complexe du financement du développement.

Vendu à plus 30 000 exemplaires, le manuel reste très demandé sur le site et les plateformes de l’IRED. Les stocks disponibles sont épuisés depuis plusieurs années déjà.
Face à la demande, l’IRED a décidé de publier une nouvelle édition au format numérique.

Rédigé par Fernand Vincent et Paul Gabriel FOLEU, ce manuel cumule et conjugue les expertises et expériences de ces deux experts. Il est conçu pour vous  accompagner à chaque étape du processus, depuis la définition de vos objectifs stratégiques jusqu’à la gestion efficace de vos ressources financières.

Nouveautés de cette édition :

  • 4 nouveaux chapitres pour vous guider dans les domaines clés du financement du développement :
    • Le crowdfunding : découvrez comment tirer parti du pouvoir des dons en ligne pour financer vos projets.
    • La méthode du cadre logique : maîtrisez cet outil essentiel pour la planification, le suivi et l’évaluation de vos interventions.
    • La création d’entreprises pour les ONG : un  petit guide pratique pour aider votre organisation à parvenir à l’autonomie financière.
    • Introduction au Lean Canvas: un outil d’aide à la création d’entreprise.
  • Des informations mises à jour sur les dernières tendances et les nouveaux acteurs du financement du développement.
  • Des études de cas inspirantes d’ONG et d’organisations de développement du Sud qui ont réussi à lever des fonds et à gérer leurs finances efficacement.
  • Des outils pratiques et des modèles pour vous aider à élaborer votre plan de financement, à rédiger vos demandes de subventions et à suivre vos performances financières.

 

Que vous soyez une ONG bien établie ou une organisation de développement émergente, ce manuel est votre ressource indispensable pour :

  • Identifier et cibler les sources de financement les plus adaptées à vos besoins.
  • Développer des propositions de projets solides et convaincantes.
  • Gérer vos finances de manière transparente et responsable.
  • Assurer la durabilité et l’impact de vos actions de développement.

Investissez dans l’avenir de votre organisation et du développement durable en vous procurant dès aujourd’hui le Manuel de recherche de financement et de gestion financière pour les ONG et organisations de développement du Sud.

Ce manuel est un outil précieux pour :

  • Les responsables d’ONG et d’organisations de développement du Sud.
  • Les gestionnaires de projets et les chargés de recherche de fonds.
  • Les étudiants et les professionnels du développement international.
  • Tous ceux qui s’intéressent au financement du développement et à la lutte contre la pauvreté.

Commandez votre exemplaire dès aujourd’hui et faites progresser votre organisation vers un avenir durable !

Cette nouvelle version du manuel sera mise en vente dans les tous prochains jours. Contactez-nous pour être informés dès la sortie de l’ouvrage.

Contact DAA : Paul Gabriel FOLEU (fogaby@gmail.com)

 

DIEU N’EST PAS UN PAYSAN

DIEU N’EST PAS UN PAYSAN


Pour Mamadou Cissokho, il importe que les Africains aient à cœur de s’affranchir des modèles occidentaux, de répondre à ces questions basiques : « Qui sommes-nous ? Où allons-nous ? Sur quelles ressources propres allons-nous bâtir notre autonomie ? ». 
Un thème central de l’ouvrage, promu par le Roppa, est celui de la souveraineté alimentaire, à assurer grâce à des exploitations familiales qui doivent disposer de revenus suffisants pour pouvoir augmenter leurs productions. L’échelle nationale ne le permettant pas en Afrique de l’Ouest, c’est la construction de la région qui est préconisée et la mise en oeuvre de politiques agricoles cohérentes par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao).
Un autre problème largement abordé, est celui de la confrontation entre le pouvoir politique et des organisations agricoles montant en puissance. L’auteur rappelle que les gouvernements doivent appliquer la constitution qui reconnaît l’autonomie des associations. De plus, l’utilisation de l’argent public pour le développement agricole et rural ne doit dépendre ni des humeurs, ni des amitiés de ceux qui gouvernent, mais de programmes discutés avec les représentants des agriculteurs et des ruraux.
Un apport très original, très présent dans de nombreuses pages et en particulier dans le dernier chapitre, consiste en l’explicitation de ce qui fait agir l’auteur. Ainsi, dès le titre de l’ouvrage, le lecteur est interpellé par la place que Dieu occupe dans cette histoire. Ce que l’auteur veut nous dire en affirmant que « Dieu n’est pas paysan », c’est qu’il nous a créés pour le compléter, et donc que l’avenir des agriculteurs africains repose d’abord sur la prise de conscience de leurs capacités à agir, sur leur prise de responsabilité et sur la conjonction de leurs efforts. Pour cela il faut des « convictions établies à partir de la volonté de comprendre notre vie et de la guider dans la direction que nous souhaitons » et « des vertus de solidarité, de concertation et de transparence ». Il s’agit de « trouver le juste milieu entre les valeurs traditionnelles utiles et les valeurs nouvelles ou externes également utiles ».

« L’Afrique ne doit pas rattraper l’Occident mais définir sa propre voie de développement »

« L’Afrique ne doit pas rattraper l’Occident mais définir sa propre voie de développement »

Ingénieur agronome, auteur du livre « Pour la dignité paysanne » et fondateur d’Adisco, le Burundais Deogratias Niyonkuru plaide pour la valorisation de la production et de la consommation locales en Afrique. (vidéo)

« Le grand problème c’est que l’Afrique n’a jamais été décolonisée complètement. Ce sont les grandes agences de développement qui définissent les méthodes de vulgarisation et de formation parce que, pour elles, le développement signifie rattraper l’Occident, souligne Deogratias Niyonkuru. Or la réalité est encore plus grave car il s’agit en fait pour elles de proposer des méthodes qui, finalement, obligent les Africains à ne cultiver que des produits qui se vendront sur le marché international. C’est une voie détournée pour les multinationales de pouvoir contrôler l’alimentation des Africains ! C’est une volonté de conquérir un marché extrêmement important qui représente plus de 400 milliards de dollars par an pour pouvoir nourrir l’Afrique. Les acteurs du développement pensent que le modèle occidental est le bon au lieu de construire des politiques propres à l’Afrique, développées en lien avec les gens de terrain. Je me suis rendu compte que c’était une erreur, voilà pourquoi aujourd’hui je dénonce ce système catastrophique. C’est ce devoir de parler qui m’a poussé à écrire mon livre. Il faut faire en sorte que les paysans deviennent des acteurs plutôt que de sujets de développement. »

Lire en pdf ci-dessous.

«La gratuité empêche les pays africains de bien se développer»

«La gratuité empêche les pays africains de bien se développer»

Deogratias Niyonkuru est l’une des nombreuses personnalités qui dénoncent les effets pervers de l’aide humanitaire, notamment en Afrique. Dans son livre « Pour la dignité paysanne » l’ingénieur agronome burundais détaille son travail au sein de l’asbl Adisco, primée par la Fondation Roi Baudouin en 2014. Il n’a pas peur d’y dénoncer les erreurs monumentales commises par les organisations non gouvernementales (vidéo).

« Le fruit de la prospérité se cueille sur l’arbre de l’effort », ce proverbe burundais est un peu la devise d’Adisco, l’asbl burundaise qui a fait de l’Appui au Développement Intégral et à la Solidarité sur les Collines, son mantra depuis plus de dix ans. « Ce n’est pas avec la gratuité que le pays va se développer mais grâce à des hommes et des femmes qui unissent leurs efforts. »
Deogratias Niyonkuru est l’une des nombreuses personnalités qui dénoncent les effets pervers de l’aide humanitaire, notamment en Afrique. « L’aide humanitaire déconstruit les tissus sociaux, pousse à l’assistanat et, au final, détruit la dignité humaine. C’est ce que nous avons pu constater au Sud Kivu (RDC) et au Burundi. »

Il y a tout juste un an, en janvier 2018, était publié le livre du Burundais, lauréat du Prix de la Fondation Roi Baudoin pour le développement en Afrique. Longtemps résident en RDC, Deogratias Niyonkuru est revenu s’établir en 2006 dans le Petit pays si bien décrit par Gaël Faye. Dans son livre Pour la dignité paysanne, M. Niyonkuru rapporte les témoignages des paysans burundais luttant pour ramener la beauté et la vie sur leurs collines. Ce faisant, il relate son expérience en tant qu’ingénieur agronome au sein de l’association Adisco qui encadre, aujourd’hui, 40 000 paysans au Burundi.

Des populations infantilisées et sans projets d’avenir

Pour Deogratias Niyonkuru, la prise de conscience remonte à la mort de son père, en 2004. De retour au pays pour lui faire ses adieux, l’homme – qui travaille depuis de nombreuses années à travers toute l’Afrique -, découvre la misère profonde dans laquelle vivent certains membres de sa famille éloignée, paysans dans les collines. Ingénieur agronome de formation, il prend rapidement conscience que les aides mises en place dans le pays ne permettent pas aux habitants de redevenir autonomes.

« On s’est rendu compte qu’on était en train d’infantiliser les populations. Les cultures avaient été mises à mal à cause des guerres et de la pauvreté et on avait l’impression qu’une nouvelle façon de vivre s’installait dans le pays qui consistait à attendre que passent les camions du Pam (Programme alimentaire mondial, Ndlr) pour se nourrir, à attendre la gratuité dans les centres de santé pour se soigner et la distribution gratuite de semences pour se mettre à planter. Et donc, les gens ne conservaient plus les semences traditionnellement cultivées sur leurs terres. On en arrivait à un niveau tel que les services de développement détruisaient ce qu’il y a de plus de fondamental chez l’homme : la dignité et l’estime de soi. Mais aussi le fait de pouvoir se projeter sur les deux ou trois années à venir. »


Lire en pdf ci-dessous.

Pour la dignité paysanne

Pour la dignité paysanne

Expériences et témoignages d’Afrique, réflexions, pistes méthodologiques

Deogratias Niyonkuru

« On me dit que tu t’occupes de développement ! Mais que fais-tu au juste ? », lui demande un jour son oncle. C’était en 2006. Deogratias Niyonkuru avait passé une trentaine d’années aux côtés des paysans congolais et camerounais. La tête pleine d’idées, il rentre chez lui au Burundi et s’investit dans la création d’ADISCO, une association qui vise à accroître l’autonomie des paysans et à construire avec eux des modèles économiques et sociaux viables. Leur action sera couronnée du prix Roi Baudouin pour le Développement en Afrique 2014-2015.

Dans cet essai, Deogratias Niyonkuru aborde des questions existentielles. Quelles priorités pour les paysans d’Afrique ? Quelles formes de soutien ? Comment réconcilier l’amélioration de la productivité, la réduction de la pauvreté rurale, et la préservation des écosystèmes ? Malgré l’abondante littérature en la matière, la démarche n’est pas redondante, au contraire. « Parce qu’il nous vient de l’intérieur du monde qu’il décrit, ce livre comble un vide. Les paysans et les paysannes en général n’écrivent pas. Les querelles d’experts font un vacarme tel que leur voix en devient inaudible. Cet essai leur redonne la parole. Il nous les fait entendre… », soutient Olivier De Schutter dans sa préface.

L’auteur fait preuve d’une incroyable modestie. Le contraste est saisissant entre l’accumulation d’informations de première main et le refus de proposer des recettes. Nous sommes loin des simplismes, loin aussi de l’idéologie ou des chapelles. La plume de M. Niyonkuru épouse les formes de la réalité – complexe et sinueuse, faite de reliefs et de replis. Point ici de prêt-à-penser, ni de propos doctrinaires, mais pourtant une forte foi dans une agriculture au service de l’homme, et non de l’argent

Avec son message central – aider prioritairement les petits paysans, et surtout les paysannes, à reprendre confiance en soi et dans leur métier d’agriculteur, afin de retrouver leur dignité – il sort totalement des sentiers battus.

Autre originalité et non des moindres : la prise de décision démocratique est placée au centre de l’analyse. Les agences de l’ONU et les économistes du développement ne s’en soucient guère. Or, pour l’Afrique, la question est essentielle. Une solution durable accordera nécessairement un plus grand rôle aux organisations paysannes dans l’élaboration des politiques agricoles, et une place plus visible aux ruraux dans la vie politique en général.

Il est désormais possible de commander le livre en version numérique depuis la plate-forme I6doc pour 9,99€.

Synthèse (téléchargement gratuit) 

Développer l’Afrique Autrement

Développer l’Afrique Autrement

Ce livre est une excellente synthèse des problématiques auxquelles doit faire face notre monde en crise, amené à un point de rupture suite à la mise en œuvre sans questionnement d’une logique de marche libérale qui a des conséquences catastrophiques pour l’Afrique en développement.
Il est destiné à tous les leaders qui coopèrent à un autre développement de l’Afrique. (CD inclus)

  • Date de publication : 13 janvier 2021
  • Broché – format : 13,5 x 21,5 cm • 208 pages
  • ISBN : 978-2-343-21497-9
  • EAN13 : 9782343214979
  • EAN PDF : 9782140168321
  • EAN ePUB : 9782336919072